vendredi 4 octobre 2019

De l'autre côté de la route

Quand je suis arrivée dans cette commune pour mon travail,  je voyais de la fenêtre de mon bureau, de l'autre côté de la route, un grand terrain, avec une grande maison, derrière un grand rideau de peupliers.

Il y a quelques années, les peupliers ont été abattus, puis la haie de thuya qui entourait le jardin, arrachée.
Une jolie haie d'arbuste divers a été plantée.
Sur la pelouse dévoilée un joli et grand potager  s'est épanoui.
Et j'ai découvert au fond du terrain une mare d'une belle dimension ponctuée d'une barque rouge. J'ai compris d'où venaient les chants de grenouilles qui berçaient mes journées aux beaux jours.

Cette année, au printemps j'ai vu, dans l'angle du terrain, le grand panneau d'un promoteur qui annonçait la construction de plusieurs maisons.
Je me suis dit que ce n'était pas possible que ce soit dans ce terrain là. Que le panneau avait été positionné à cet endroit car il était bien visible du rond-point.

Mais si c'est bien là... Les grenouilles ont chanté au printemps... Mais elles ne chanteront plus l'an prochain. J'espère qu'elles ont eu le temps de se sauver avant l'arrivée des bulldozers qui ont bouché la mare bucolique.

Le quartier où je travaille se transforme vite ces derniers temps.
Quand j'y suis arrivée c'était la campagne. Puis on a eu un carrefour market et la caserne des pompiers. Et en 2019 de l'urbanisation à grande vitesse.

Je ne marchais pas dans ces endroits où se font ces constructions.
Je n' y marchais pas.
Mes déambulations du midi sont ailleurs. Mais je crains qu'un jour, ce petit chemin arboré que j'emprunte bien volontiers, et qui chemine entre les champs, ne soit entouré de lotissements.

Je serai peut être partie en retraite avant que cela n'arrive et j'écouterai les grenouilles qui se trouvent dans le petit bois derrière chez moi ! (ce petit bois ne sera jamais construit car inondable - ouf )

Résultat de recherche d'images pour "grenouilles"





7 commentaires:

  1. c'est fou comme on tient à ces petits zones de nature
    Hélas tout se construit de plus en plus!!
    Bon WE chère suzâme

    RépondreSupprimer
  2. Je pense au petit jardin de jacques Dutronc. Une chanson qui me faisait pleurer quand j'étais petite...;-)
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
  3. Nous vivons tous dans des lieux jadis occupés par la nature. Ce qui fait craindre c'est peut-être la vitesse à laquelle on construit!

    RépondreSupprimer
  4. A tous les trois...Il va me manquer le chant des grenouilles au printemps prochain...
    Il faut bien loger les gens... quelle solution ?? tout le monde dans des immeubles entassés les uns sur les autres... pas enviable... je n'en voudrai pas pour moi..

    RépondreSupprimer
  5. Évolution inéluctable depuis l'apparition de l'Homo sapiens sapiens qui a décidé de coloniser la planète et de s'étendre à l'infini comme ces termitières géantes je ne sais plus où…
    Finalement il n'y a pas — il n'y aura — qu'une seule solution : l'éradication définitive de cette espèce !
    Si on ose bien regarder, à l'échelle de la fameuse biodiversité : nous ne sommes que des nuisibles ! ;-)
    Ce n'est pas gai ? Ben non ! Puisque c'est le réel !

    RépondreSupprimer
  6. Je pense à toi... que deviens-tu ?
    Tendres bises

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

Ah la province !

Bien sûr il y a cette librairie hallucinante de 5 étages Bien sûr le Musée d'Orsay est un enchantement. Bien sûr le jardin du Luxembou...