samedi 22 août 2015

Allo !

Dans "mon" entreprise je suis LA personne qui décroche le téléphone. On ne m'a pas demandé mon avis. C'est comme ça. 
J'ai l'impression d'avoir un combiné téléphonique greffé de ma main à mon oreille... Pas question de téléphone moderne avec oreillette... Ah non ! Esclavage garanti ! De toute façon si on voulait m'en imposer une, j'irai demander un certificat médical d'incompatibilité avec un tel appareillage (je suis une vraie migraineuse).

Donc je "fais le standard". Non seulement pour l'établissement où je travaille mais aussi pour les deux autres établissements. C'est tellement facile. Je suis là de 8 h à 17 h. Je ne fais jamais de pause café, ni de pause cigarette (je n'aime aucun des deux)...

Je peux vous dire que je grogne dur quand, lors d'une tâche qui demande concentration, je suis dérangée par un appel pour un collègue d'un autre établissement (qui n'a pas donné son numéro de ligne direct), que je dois transférer l'appel, et si jamais le collègue ne décroche pas (parti faire sa pause cigarette ?) prendre le message, envoyer un mail pour prévenir du message... 
Ah oui, certains jours je grogne dur.

Sans compter toutes les personnes qui vous prospectent ou qui ont absolument besoin de communiquer une information personnelle à votre Direction.

Je peux vous dire que, quand je rentre à la maison, si je reçois un appel de téléprospection, je suis fort peu aimable (mais polie quand même) et que je parle à toute vitesse : "bonjour - non - merci - au-revoir" et raccroche sans laisser au correspondant le temps de réagir !





1 commentaire:

  1. Ah le standard j'en ai 10 ans derrière moi! Dans une agence immobilière. Au début j'aimais beaucoup mais vu l'évolution de l'agence mon travail est devenu du grand n'importe quoi ! J'ai démissionné et ne le regrette pas ! Bon courage et l'accueil telephonique ou pas apporte parfois de belles surprises

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

Avant

Avant il y avait ma Maman auprès de qui je pouvais déposer mon "enfant" en mal de trop de solitude, en mal d'affection. Ces...