lundi 25 mai 2015

3 sur 10

3 français sur 10 travailleraient aujourd'hui (entendu à la radio) dont principalement les  commerces, les services hospitaliers, les services de loisirs, les transports publics... mais pas que.. je suis au travail : 39 h par semaine, pas de RTT, congés épuisés... au boulot !
Ca me fait quoi ? 
Ben vu les horaires que l'on fait dans l'entreprise où je travaille, je me dis que nos patrons pourraient nous en faire cadeau...

Ce qui m'énerve c'est encore cette différence de traitement. Cette demi-mesure. 
Tout le monde au travail aurait été la bonne mesure : pas de RTT ce jour  là, les écoles, les lycées, les collèges, les ministères, la Poste, les services des impôts, etc. Tout le monde au boulot.
Parce que forcément cette différence de traitement, celà me fait ronchonner quand même.
Nos hommes politiques ne vont jamais au bout de leurs idées. 

Et maintenant ils parlent du prélèvement à la source des impôts sur le revenu ? Qui est-ce qui va s'y coller ? C'est bibi !
Ils vont faire passer des nuits blanches aux éditeurs de logiciel de paye, aux personnes qui s'occupent des payes dans les entreprises.
Si vraiment cela se met en place, cela reviendra à faire faire aux entreprises privées le boulot des impôts. Logiquement cela devrait générer des économies à l'Etat. Est-ce que nos impôts seront diminués d'autant ?


lundi 11 mai 2015

Là-bas sur une île

J'ai un cousin là-bas sur une île.
J'ai un cousin et je ne le connais pas.
Nos mères ont la même mère, mais pas le même père.
Nos mères n'ont jamais vécu ensemble quand elles étaient enfants.
Mais elles savaient.
C'est ma mère qui a renoué il y a environ 15 ans. Elle a été accueillie à bras ouverts. Tant de temps perdu.

A trois reprises je suis allée sur l'île. J'ai rencontré cette grande soeur de ma mère. La dernière fois (il y a trois ans) elle m'a hébergée avec ma mère.
Je connais la soeur de ma mère mais pas mon cousin.
Je suis passée devant la maison de mon cousin plusieurs fois. J'ai aperçu sa femme. C'est ma mère qui m'a  dit : "C'est la femme de JL".
Mais je n'ai pas osé. Je n'ai pas osé car je me suis dit qu'il devait savoir que nous étions chez sa mère et que s'il ne se manifestait pas c'est qu'il n'avait pas envie. 
Le comble c'est que cette même année où j'ai passé quelques jours chez la soeur de ma mère, ma meilleur amie est allée passer quelques jours sur l'île et qu'elle a été hébergée chez mon cousin. Sa femme loue un gîte acolé à leur habitation. Je ne l'ai appris qu'après son retour.
Ma meilleure amie connait mon cousin et moi je ne le connais pas.

Ce soir j'ai téléphoné chez mon cousin. Ma mère n'avait plus de nouvelles de sa soeur. Toutes les deux n'aiment pas le téléphone. Elles s'écrivent. Ma mère n'avait plus de nouvelles, s'inquiétait et m'a demandé.
J'ai téléphoné chez mon cousin pour la première fois. Il n'était pas là ou pas disponible. J'ai eu sa fille à qui je me suis présentée, à qui j'ai expliqué pourquoi j'appelais et qui m'a rassurée sur la santé de sa grand-mère, la soeur de ma mère.
Ce soir j'ai téléphoné chez mon cousin, mais une fois de plus la rencontre n'a pu se faire... Et pourtant ce soir j'étais prête !
Je n'ai pas de regret. Comme disait ma belle-mère : "C'est comme ça !"


Photo prise à la sauvette de l'autre côté de la petite route en face de la maison de mon cousin. 
Je me suis imaginée que c'était ses filets de pêche. Peut-être oui, peut-être non.

 Une vue emblématique d'un point de l'île.

Dans la noirceur de la nuit

Ma maman habite au deux-tiers d'une longue rue.
Je vais voir ma maman. Je suis à pied.
A l'entrée la plus au nord de la rue, c'est le chaos. Violence. Bagarre.
Je continue mon chemin pour prendre un autre accès. La nuit tombe. Un homme m'aborde, visiblement pas très clair dans sa tête. Il me suit. Je n'ai plus de force. Mes enjambées sont minuscules. Je n'arrive pas à me débarrasser de lui. J'arrive dans la rue de ma maman en face de l'école publique. Ma situation est de plus en plus difficile. Je suis à terre. Et cet homme me domine. Puis miracle. Il reprend ses esprits. Il se demande ce qu'il fait là. Il s'excuse. Je lui dit que cela fait 5 minutes que je lui demande de me laisser tranquille. Il me dit qu'il a repris ses esprits quand il a touché l'orgonite que j'ai dans ma poche.
Je continue mon chemin mais quelques pas plus tard, je croise de drôles d'individus qui malmènent des femmes qui sont en fauteuil roulant. Je demande "Il y a un problème ?". On me répond que j'ai tout intérêt à m'occuper de mes affaires.
Puis une cinquantaine de mètres plus tard, enfin un camion de police arrive. Je me sens sauvée. Il me reste  à peine une centaine de mètres jusqu'à la maison. On me demande alors d'évacuer une femme qui a besoin de soin. L'évacuer jusque chez ma mère.  Ma mère qui soigne. Ma mère qui est guérisseuse. J'y arrive chez ma mère. J'y arrive avec cette femme et un autre homme qui a aidé à l'évacuation et qui semblerait-il est médecin.
______

C'était cette nuit. C'était un rêve. Un drôle de rêve. Je me demande ce qui a bien pu provoquer ce rêve. Je n'ai pas regardé les actualités à la télé. Je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer des personnes au comportement dérangeant. Certes j'ai croisé, hier après-midi, lors d'une balade, quelques personnes en fauteuil roulant avec leurs accompagnateurs. Ma maman je suis allée la voir vendredi.

La rue où habite ma maman, est calme (sauf aux heures de pointe, circulation oblige, c'est un point de passage pour les voitures).

L'orgonite je l'ai acheté en février dans un salon "Bien être". Depuis elle est rarement très loin de moi.  Ce matin quand je me suis réveillée, je l'ai prise dans ma main (ce que je fais rarement).

Quant à ma maman, elle n'a jamais eu (à ma connaissance) de don de guérisseuse.

Si quelqu'un passe par là et peut m'aider à décrypter ce rêve étrange (pas cauchemardesque car il ne m'a pas réveillée) mais certainement important car je m'en souviens encore très bien quelques heures plus tard.


vendredi 1 mai 2015

La nouvelle du matin...

La nouvelle du matin, sur ma radio, c'est la vente des Rafales... Notre Président de la République s'en réjouirai !

Comment peut-on se réjouir de vendre des armes de guerre...
Le monde est fou !

Pff

Première semaine de vacances déjà terminée. Quatre jours à Paris pour commencer. Pas ce que j'avais envisagé quand le projet s'est...