dimanche 6 décembre 2020

C2 - J 38 - Un petit week-end de rien

 Samedi matin, mettre le bonnet pour aller au marché. Il fait froid et humide. Le soleil est dans le sourire de mes commerçants habituels. Merci.

Déjeuner simple avant d'aller voir ma Maman avec ma soeur. Ma Maman est bavarde. Pas très souriante mais parfois un soupçon sur ses lèvres et dans son regard.

Sur la route de retour en profiter pour aller faire quelques courses non essentielles. Erreur. Trop de monde.

Le soir regarder en facebook live, un concert de l'un des mes accordéonistes préférés. Danser seule n'importe comment, joie du défoulement.


Dimanche matin, recevoir un mail d'A. qui évoque le déconfinement et la possibilité de retrouvailles avec mes amis de coeur. Joie.

Cuisiner. Mon fils vient déjeuner.  Abrassos (oh que ça fait du bien) et écouter son énervement face à la situation que nous vivons actuellement (il n'y a qu'à moi qu'il peut en parler, ses amis pensent différement et il ne veut pas les heurter). Parler de tout, de rien, de choses importantes ou pas. Jouer aux cartes. Il gagne deux fois de suite. Il part tôt. Il ne veut pas dépasser les 3 h autorisées.

Planter des oignons de tulipes que ma soeur m'a donné.

Boire un chaï latté tout en regardant La La Land (c'est au moins la 5ième fois et pas la dernière).

Fermer les volets, allumer les lumières.

Traîner un petit peu sur l'ordinateur en écoutant en différé le 7ième Fest-Noz du confinement organisé par Tamm-Kreiz (en facebook live aussi hier soir - mais hier soir j'étais déjà occupée par un autre musicien).

Un petit week-end de rien - joie des rencontres - simplicité - musique - danse - amitité - La Vie !






mercredi 25 novembre 2020

C2 - J27 - Happy together

 Je ne l'ai pas écouté hier le président.Oh non surtout pas. Mais je me suis renseignée ce matin quand même.

Et oh joie ! c'est la distribution des bon points : à  partir de samedi, une balade de 3 h  à 20 kms est permise. 

Et oh joie ! ma meilleur amie habite à 19.7 kms de chez moi (google maps me l'a confirmé).

Et moi de lui proposer que dimanche nous pourrions aller nous promener au même endroit. Et re-joie  ! elle a avait exactement la même idée !

Il ne faut pas grand chose pour goûter à la joie quand on a des goûts simples et authentiques.

Cerise sur le gâteau, dans l'auto-radio, cette chanson joyeuse et optimiste sur laquelle je n'ai pas pu m'empêcher de chanter à tue-tête !

 So happy together !



samedi 21 novembre 2020

C2 J23 - A la manière de

Il est une Fée qui a écrit un instant de vie délicieux sous une forme très originale. J'ai vraiment beaucoup aimé. Elle m'a donné envie d'écrire ainsi. Plagiat ??? ou Inspiration ???

De quel sujet pourrais-je m'inspirer ?

Une musique ?

Une musique...





 

 Suzame 

Quelle douce musique. Musique de film.. 
Je ne le savais pas jusqu'à ce que je cherche un peu. Je ne le savais pas. 
Pour moi c'est une musique de biodanza.  Une musique de fin de séance. Une musique pour se réveiller en douceur après un moment de profonde transcendance qui vous a amenée au sol. Et la voix d'A. qui nous invite à revenir du grand voyage,  à bouger un bras, une jambe, une main, qui nous invite à revenir dans ce monde, à ouvrir les yeux, à nous mettre debout. Et, si à la fin de la musique nous sommes toujours allongés, une deuxième musique arrive (la même ou une autre un peu plus vive) jusqu'à ce  que nous soyons tous debout, seul, ou à deux, ou à trois dans des partages d'abrassos sensibles et intenses.
Quand retournerai-je dans cette salle accueillante avec son parquet doré, son feu de cheminée pétillant... et tous mes amis de coeur, pour danser la Vie ?

Le parquet de la salle accueillante

Cela fait combien de temps déjà que ces drôles de gens viennent m'effleurer, me piétiner, me marteler de leur pieds nus, sauter, glisser ? Combien de temps ? Au moins dix ans ? Une fois par semaine. Et même deux fois dans la même  semaine juste avant le 2ième confinement.
Je les  aime bien moi ces drôles de gens. Ils sont assez différents les uns des autres. Bon d'accord beaucoup sont dans "Le Soin" (naturopathe, infirmières, psychothérapeute..) mais d'autres ont des métiers tout à fait "ordinaire" (assistante de direction, ingénieure, comptable, marchande de fromage, fonctionnaire...). Différents et unis. 
Ce petit groupe bigarré je l'aime bien... Il me manque un peu. Quand va-t'il revenir danser sur mes planches ? Quand va-t'il revenir s'exalter, vibrer ?
Et puis la musique ! Ah la musique !  Douce, tonique, africaine, brésilienne, sacrée, bretonne, classique, religieuse, celtique, orientale, de la variété française et de la pop-rock aussi...joyeuse, rapide, lente, transcendante, fantaisiste ! De Terre, d'Eau, de Feu, d'Air !  Ah la musique !

La musique

Bon d'accord la facilitatrice a une grande part dans la réussite du voyage ! Mais la musique... Hein !
Sans la musique où iraient-ils ? 
Parfois avec la complicité de l'ordinateur je leur fais des facéties. J'enchaîne deux rythmes discordants.. ou bien je me tais. Mais il  faut les voir ! Ils sont incroyables ! Ils continuent de danser. La mélodie et le rythme sont au profond de leur âme. Quelques uns (les moins aguerris) vacillent un très bref instant. Les autres, les yeux fermés, ont à peine besoin de moi.
Mais si quand même ils m'adorent tous. La fois d'après, quand ils débriefent (ils appellent ça un cercle de parole)  je reçois des compliments. J'en rougirais de plaisir !
J'ai hâte qu'ils reviennent, j'ai hâte de les faire danser, de les faire virevolter, de les emmener dans un voyage merveilleux d'où l'on revient grandi et heureux ! J'ai vraiment hâte.

samedi 14 novembre 2020

C2 J16 - Cadeaux

Ça a commencé ce matin,  au marché coloré, sur cette grande place aux immeubles à colombages. Un ami ! Un ami de biodanza ! A travers nos masques nous nous sourions. Nous parlons un peu. Nous nous croisons une deuxième fois. Puis une troisième fois. Cette fois là nous déposons nos cabas et nous prenons vraiment le temps de nous parler. Cadeau.

Ca a continué cet après-midi.  Je suis allée rendre visite à  ma Maman en compagnie de ma soeur.  Notre Maman nous accueille avec un grand sourire.  Une demi-heure de visite, éloignée par une surface de tables infranchissables.  Mais notre Maman est détendue, souriante. Cadeau.

Puis sur le parking de l'Ehpad je rencontre " par hasard " ( parfois il faut le provoquer le hasard) une amie de biodanza qui habite dans le quartier et qui ( comme c'est étonnant) faisait sa petite balade quotidienne. Nous avons fait deux fois le tour du parking, et sommes restées une heure à parler.  Cadeau.

mercredi 11 novembre 2020

C2 - J10 J11 J12

 J10 - dimanche - un temps extraordinaire - aller marcher autour de la rivière et dans le bois - me remplir les yeux de toute cette beauté lumineuse - faire des photos - jardiner.





 

J11 - lundi - chômage partiel - aller marcher autour de la rivière et dans le bois. 

J12 - mardi - chômage partiel - mais faire une heure de télé-travail.

Aller marcher autour de la rivière et dans le bois - rencontrer une femme plus âgée en contemplation devant le chant d'un rouge-gorge - parler avec elle - faire un petit bout de chemin ensemble - dans le bois m'asseoir au pied de mon arbre.

Rentrée à la maison avoir une longue conversation téléphonique avec une amie de danse.

Mardi normalement c'est soir de danse - et ce mardi là nous aurions du avoir la compagnie de notre amie chamane - quand nous reverrons nous librement ?

samedi 7 novembre 2020

C2 - J7 J8 J9

 J7 - première journée de chômage partiel de ce confinement 2.

Aller faire des courses. Je ne comprends pas pourquoi le rayon vins est accessible. Ce ne sont pourtant pas des produits essentiels.

J8 - au bureau. De nouveau une journée marathon. 

J9 - week-end. Aller au grand marché dans la grande ville d'à côté.  Comme j'arrive en voiture je vais me garer au parking souterrain. L'ascenseur me dépose directement dans le cœur du marché . Quand j'arrive en bas du marché je constate que tout est entouré de barrières.  La police municipale contrôle toutes les personnes piétonnes qui veulent aller sur le marché.  Du grand n'importe quoi.  Ils devraient faire pareil pour les grandes surfaces.. contrôler les attestations de déplacements des clients. Ce monde est fou !

jeudi 5 novembre 2020

C2 -J4 J5 J6

 Aller au bureau. C'est un acte de résistance.  J'ai prévenu mes patrons dès jeudi dernier que je ne ferai pas de télé-travail. Deux des agences de l'entreprise sont fermées.  Pas celle où je suis. Dans les deux autres tout se passe par téléphone ou ordinateur pour travailler.  Ici on met tous la main dans le cambouis. C'est ici qu'est l'entreprise originelle. 

lundi 2 novembre 2020

C2 J 3

 Se réveiller à 5 h du matin ! La guigne !

Se lever à 8 - A 9 h 45 être dehors, marcher le long de la rivière, dans le bois, aller saluer mes arbres. Ralentir le pas pour profiter le plus possible.

Après ? Après... ce fut un long dimanche de confinement.


dimanche 1 novembre 2020

C2 J2

 Aller au marché. C'était comme d'habitude. Quelques barrières en plus.  Commerçants assez décontractés, souriants derrière leur masque. J'ai acheté comme d'habitude. Ni plus ni moins. 

Faire une soupe de butternut. Préparer le repas du midi. Faire un peu de ménage. Écouter de la musique bretonne. Danser !! 

Aller voir ma Maman. Ma sœur m'a rejointe. Distanciation physique maximum. Maintenant c'est de nouveau sur rv. Une demi heure. Comme nous étions le dernier rv de l'après-midi nous avons eu le droit à 15 minutes supplémentaires. 

Rentrer à  la maison. Pas beaucoup de circulation. En arrivant dans mon quartier voir un couple se promener sans masque. Bravo à  eux !

Allumer un feu dans la cheminée et des bougies. Caresser le chat et contempler le feu.

Épuisée. Me coucher vers 20 h 30. Sans lire. M'endormir.


samedi 31 octobre 2020

C2 J1 ( confinement 2 - jour 1)

 Aller au bureau.

Faire le point de la tréso, des fiches de paye à faire. Faire celles des intermittents.

Envoyer beaucoup de mails à la direction.

Faire des autorisations de déplacement professionnel pour les collégues qui en ont besoin.

8 h - 16 h 30 non-stop exceptée une pause de 15 minutes pour manger un peu.

Rentrer à la maison. Le téléphone sonne.  Une amie. 1 h 33 d'échange. 

Puis ma soeur. 

Échanger avec ma fille.

Énervée.  Le sommeil tarde à venir.


jeudi 29 octobre 2020

Résister

 Résister

Ne pas lutter

Rester bien ancré et se laisser fluer dans la tempête

Résister en dansant

Résister en souriant

Résister en riant

Résister en pensant

Résister en lisant

Résister en écrivant

Résister en chantant la Liberté





vendredi 16 octobre 2020

Lumière

 Sur mon chemin

Se déploient les splendeurs automnales

De rouge, d'or, de brun mêlés 

Enjolivés par le soleil du matin, du soir.

Quelle grâce 

Quelle gratitude pour cette lumière !



samedi 3 octobre 2020

Manque

Je suis allée la voir cet après-midi. Je lui ai donné son goûter. Je lui ai fait une manucure. Je lui ai fait lire des mots dans son imagier. Je lui ai souri avec les yeux. Je lui ai beaucoup tenu les mains.

Ce soir j'ai envie de lui téléphoner- comme je le faisais avant. Reprendre ma place d'enfant - même adulte.

La petite fille en moi est en manque de sa Maman. Celle qui savait. Celle qui apaisait. Celle qui riait.  Celle qui écoutait.  Celle qui comprenait...


dimanche 13 septembre 2020

Automne

 Il fait beau. Il va faire chaud aujourd'hui. C'est le vent du sud qui me l'a dit. Celui qui apporte les bruits de la quatre voie qui coule un peu plus bas.

Certains vont s'exclamer que c'est l'été qui continue, l'été indien.

Pour moi l'automne est arrivé depuis plusieurs semaines déjà, en aôut. Tout d'abord c'est le cri (comme un claquement de bec) du rouge-gorge (je crois, je ne suis pas sûre du tout, mais comme c'est l'oiseau qui ne quitte jamais mon jardin quelque soit la saison). C'est le soleil moins vif. C'est la nuit qui arrive plus vite. C'est une atmopshère. C'est l'odeur de la terre, plus douce, plus subtile, plus enivrante. C'est mon corps qui ne supporte plus l'odeur du basilic (dont je me pâme pourtant quand il apparaît sur les marchés) qui n'apprécie plus le goût des tomates. C'est le vol des hirondelles au-dessus de mon jardin, haut dans le ciel. Ce sont les poires et les pommes sur les étals des marchés.

C'est une grande douceur de l'air, une douceur extrême dont je me remplis avec bonheur.

J'aime l'automne.







samedi 22 août 2020

Rire

Certains rient discrètement.  On dirait plus qu'ils pouffent. Des rires discrets avec de la lumière sur le visage qui exprime la joie de l'instant. 


Certains éclatent dans des cascades de rires sonores. Leur visages devient soleil.


Je rie rarement. 

Si on m'avait demandé hier matin qu'elle était là dernière fois où j'ai vraiment rit j'aurais évoqué une crise de fou rire il y a très longtemps lors d'une partie de cartes (huit américain)avec mon ex-mari et ma Maman, un beau moment de bonheur simple dans l'odeur des pins du jardin de mes grands-parents, dans la chaleur douce de l'été. 

Si vous me le demandez ce matin je vous réponds hier soir lors d'une partie de cartes ( skipbo) avec ma soeur et mon beau-frère. Moment moins heureux mais j'ai beaucoup rit.

Ma Maman aimait me voir rire. Elle me l'a dit. Elle aimait me voir rire car quand je ris vraiment, c'est tout mon corps qui rit. Cela lui plaisait.

dimanche 12 juillet 2020

Il fait un.jour

Il fait un jour où les gens à deux sont heureux
Main dans la main
Au soleil, sous le ciel bleu

Il fait un jour où les gens à un ne font rien
Seul à seul
Ils se contentent du jardin

mardi 23 juin 2020

La Non-Fête de la Musique

Il était annoncé que cette année, il y aurait des prestations musicales l'après-midi dans les parcs... et dans certains bars le soir.

Forcément le parc du Thabor était un endroit où il devait y avoir un concert. Déception. Jauge ridiculement minuscule dans un grand espace. Nous n'avons pas pu entrer.

Il faisait beau. Nous avons fait une belle balade !




 Pas de concert possible. Mais combien de spectateurs étaient-ils ?












mercredi 10 juin 2020

Retrouvailles

Cela fait deux fois que l'on se revoit  .
Mon groupe précieux du mardi soir.
 Deux fois que l'on se dit le confinement et le déconfinement.

Il y a ceux qui ont vécu une parenthèse enchantée, en connexion avec eux-mêmes et la Nature.

Il y à ceux pour qui cela n'a pas eu grande influence.

Il y a ceux qui ont très bien vécu le confinement, et qui sont complètement désorientés par le déconfinement.

Il y a ceux qui ont souffert et qui en souffrent encore. P hier a témoigné de sa révolte face au confinement. De sa sensation d'être perdu, d'être cassé à l'intérieur.
Cela m'a fait du bien ce témoignage. Cela m'a fait du bien car je me sentais presque illégitime de dire combien tout ceci a été pour moi extrêmement pénible et l'ait encore.
Pourtant P n'a plus le souci du travail, vit avec un amour récent.
Comme quoi....

Mon groupe précieux du mardi.
Une petite quinzaine de personnes qui se connaissent bien, qui partagent à peu près les mêmes valeurs, qui aspirent à  une même connexion à  la Vie et une spiritualité sans religion.

Et pourtant l'expérience de vie depuis mi-mars a été complètement différente pour chacun.

Comme à dit A : nous sommes sur une roue de la fortune, mais pas tous au même endroit de la roue au même moment. La roue tourne. Du meilleur est à venir.



lundi 11 mai 2020

52

"Mon confinement" aura duré 52 jours. Ce n'est que le jeudi 19 mars au soir que je suis rentrée à  la maison avec mon ordinateur professionnel et des documents essentiels ( quelques classeurs ) pour me mettre en télétravail matiné d'activité partielle.

Comme un petit parfum d'école buissonnière.

Je pensais que je pourrais enfin prendre du temps pour souffler, prendre soin de mon âme et de mon corps, de mon jardin et de ma maison, tout en assurant le travail qui se présenterait.
Il n'en a rien été.

En ce lundi de déconfinement, je me sens toujours dans un monde bizarre, un roman d'anticipation dont je voudrais définitivement fermer la dernière page.


lundi 4 mai 2020

Ecrire

… Difficile d'écrire ici
Tant je me sens déconnectée de la Vie
Enfermée dans le télé-travail et le chômage partiel

Pourtant hier… j'ai écris... en réponse à une amie.

________________________________________

…...Oui le temps a passé

Avril gracile
Tout paré de soleil
Au jardin a fait des merveilles
Des couleurs, des senteurs
Des douceurs
A pleines brassées

Je t'imagine sans peine
Dans ton paradis vert et fleuri
Attendre le ballet des chauves-souris
Sous le scintillement naissant des étoiles

Avril nous aurait presque fait oublier Mai
Mai qui nous promet un peu plus de légèreté
Un peu de liberté retrouvée
Promesse à saisir

Oui rêvons
Osons
Dans un monde différent
Il est grand temps
De permettre la rencontre
La vibration des âmes
Les yeux dans les yeux

Nous sommes plusieurs à penser aux retrouvailles...

Même si nous n'osions nous approcher de trop prés
Il y a les regards
Les sourires
La tendresse, la complicité, la joie
Illuminant les visages
Les rires et les conversations partager
Les ressentis de chacun
Les expériences difficiles ou faciles
Les émotions à dire
A évacuer
A transformer
L'apaisement à retrouver
Les silences en communion
La Lumière à célébrer.

……..

mardi 28 avril 2020

La nuit

La nuit je lis
Insomnie
Comme des amants
Ces mots noirs sur du papier blanc
Dévorants

Confinement
Tous mes repères
Bousculés
En équilibre sur un fil
Je vacille

Trop de soucis
Ma Maman
Mes enfants
Le travail
Trop de soucis

Dans cette immobilité apparente
Le sommeil me fuit
La fatigue me vrille
Je vacille

Je ne veux plus du temps d'avant
Je ne veux plus du temps présent
Il y aura-t-il vraiment un changement
Après le déconfinement

vendredi 20 mars 2020

Au calme

Me voici à mon tour confinée. Hier soir j'ai déménagé mon bureau professionnel dans mon salon... enfin presque. Je n'ai apporté que mon ordinateur et quelque dossiers essentiels 
Ce n'est pas pour autant que je vais me tourner les pouces.

Me voici soulagée. Bien que munie de la sacro-sainte autorisation dérogatoire de déplacement, je ne me sentais plus légitime de me déplacer pour aller travailler.  Je ne suis pas nécessaire à  la gestion de la crise sanitaire - sauf pour mon entreprise - mais ça je  peux le faire de chez moi.

Apres ces trois premiers jours de période de confinement où j'ai  connu beaucoup de colère, me voici plus apaisée.  J'ai enfin pu débloquer la situation de déclaration d'activité partielle ( mon patron a du créer des alias d'adresse mail- j'ai 10 adresses mail professionnelles - c'est dingue !).
Ce n'est que le début de la mission. Le plus gros reste à venir pour la semaine prochaine.  J'espère que je n'aurai pas besoin de retourner au bureau ( une heure aller-retour quand même).

Je vais découvrir le télé-travail... et si j'y prenais goût ?  A suivre...

lundi 16 mars 2020

Apnée

Le monde est en apnée.
Les personnels soignants s'emploient coûte que coûte à éteindre le virus. Pour éviter que les hôpitaux ne soient en surcharge le confinement est demandé.

L'activité des entreprises sommeille. En apnée.  Activité partielle (chômage technique en langage plus courant). Délai pour payer urssaf, impôts...
Beaucoup de travail pour faire toutes ces formalités. Site internet inaccessible. Informations qui changent tous les jours. Comme un bateau sur une mer agitée.

Je me trouve bien seule face  tout ça.  Mes collègues sont tranquilles à  leur domicile pendant que je rame sur la rivière tumultueuse de l'administration pour leur assurer des ressources à  la fin du mois.
Mais je sais que cette administration connait des sacrès coups de vents et doit sans cesse augmenter sa voilure

Vous savez quoi ? J'envie ( je sais ce n'est pas bien) j'envie ceux qui un peu plus vieux que moi, sont en retraite et n'ont pas cette charge, (certes beaucoup moins lourde que celle des soignants).
J'envie ceux  qui sont à  l'abri de cette tempête.

Je vous souhaite un bon confinement dans la légèreté, la douceur.

Moi je vais mettre mon ciré et aller à  la pêche des aides aux entreprises.

jeudi 12 mars 2020

....

Le Monde est malade...

Je vais mieux. Mes huiles essentielles ne me quittent pas ainsi qu'un gel hydro-alcoolique...

Je ne fais plus la bise à  mes collègues ni à  ma fille...

Dimanche dernier nous avons "fêté " les 83 ans de ma Maman par un repas partagé dans la salle à manger réservée aux familles, à  l'Hépad. Nous avons pu nous ravir de ses rares sourires et de sa gourmandise. Je ne l'ai pas embrassée. ( Je n'ai pas non plus embrassée mon frère, ma sœur, mon beau-frère, ma belle-soeur. )
Bien nous en a pris car mardi soir un mail est arrivé nous informant que les visites n'étaient plus autorisées.  J'ai une inquiétude qu'elle se sente abandonnée, qu'elle s'enfonce dans la maladie de l'oubli...

L'activité économique de l'événementiel souffre d'annulations et de reports. Je travaille dans une entreprise d'événementiel...

Mardi soir nous étions 8 à la séance de biodanza. En totale responsabilité nous avons échangé sur cette maladie du Monde. Nous avons dansé la Lumière.  Et mardi prochain nous continuerons à  danser la Vie, la Confiance. Ne pas céder aux trompettes qui clament la Peur. En totale responsabilité ...


Ce soir le médecin urgentiste Pelloux est intervenu après le discours de Macron. C'est ce qu'il a dit Pelloux : ne pas avoir peur, continuer à  vivre,  suivre les recommandations d'hygiène, être solidaire, responsable...

☆•☆♡♡☆•☆

A part ça tout va, le printemps est en chemin dans mon jardin...




vendredi 6 mars 2020

Résurrection

J'ai été malade.
Cela a commencé la semaine dernière par la gorge qui pique, un mal-être, une grande fatigue.
Je me suis traînée tout le week-end et forcément lundi dès 8 h j'étais au bureau le cerveau complétement embrumé, le nez encombré. Trois jours très difficile. Deux autres un peu mieux.

Paracétamol, huiles essentielles (menthe poivrée- ravintsara) et homéopathie… me voici quasiment guérie… avec une sensation d'énergie qui revient (moi qui n'en est pas beaucoup déjà en état "normal").

Que c'est bon de sentir l'énergie qui revient. Que c'est bon.
Cela me remplit de joie et de gratitude !
Et tout d'un coup je trouve que la vie est belle

(pourtant ce n'était qu'un très gros rhume).

jeudi 13 février 2020

Se tromper de chemin

Chaque mercredi matin vers 7 h 30 je vais au marché pour faire un petit réassort de légumes avant de partir au travail.
Hier après mon petit marché (et mes petits échanges sympathiques avec "mes commerçants" habituels) je reprends mon auto et je pars…

Et tout d'un coup je me rends compte que j'ai pris le chemin de la maison. C'est la première fois que cela m'arrive ce genre d'étourderie.

L'Univers avait certainement un message à me dire. Un message que je n'ai pas écouté.

Ma journée de travail a été très très très désagréable.

Un départ en retraite. Un arrêt maladie longue durée (burn-out). Deux démissions. L'entreprise où je travaille ne va pas bien.
Je suis fatiguée de voir partir des collègues que j'apprécie.
Je suis fatiguée de repartir à zéro avec de nouvelles personnes.
Je suis fatiguée de la surcharge de travail.
Je suis fatiguée.

Pour une Fée qui parfois s'inquiète de savoir comment je vais : Je ne vais pas bien.

Heureusement qu'il y a mes deux heures de Biodanza hebdomadaire….

samedi 8 février 2020

ADieu

Je n'ai pas dit Adieu à mon père
J'étais trop jeune, j'avais trente ans
Non plus à ma grand-mère
Mon chagrin était tellement grand
Adieu à mon grand-père
J'avais "grandi", il était temps
Je redoute l'Adieu à ma mère
Laissez nous encore du temps
______

La mort pour moi est un mystère
Avec regrets du temps d'avant

Afficher l’image source

mercredi 5 février 2020

Quatre ans plus tard..

... j'ai récidivé... inscription sur un site de rencontres avec abonnement pour trois mois.

Alors forcément je suis allée boire des verres avec des hommes.

Avec le premier nous nous sommes vus trois fois : balade, ciné, expo... pour finalement constater réciproquement qu'il n'y avait pas d'étincelles. 

Le deuxième m'a, en quelque sorte, poursuivie de son assiduité (via le site).. Nous avons échangé au téléphone.. c'était sympa, joyeux... mais quand je l'ai vu... oups... j'aurai bien aimé faire demi-tour... physiquement il ne me plaisait pas du tout (une photo sur un site ne reflète pas toujours la réalité).. et lors de l'échange je me suis rendue compte qu'il y avait plein de choses que je n'appréciais pas dans sa façon de penser.

Le troisième m'a aussi abordée sinon je ne l'aurais pas fait ( je le connaissais déjà dans la vraie vie... BiOdAnZa). Ca aurait pu coller...sauf qu'il est fou de moto.. que je lui ai demandé si le fait que je ne m'acclimatait pas à sa moto était un problème. Et oui c'était un problème majeur.

Le quatrième.. (BiOdAnZa aussi...  je le ne connaissais pas.. pourtant son visage me semblait familier.. ben oui je l'avais vu lors d'un réveillon). Un homme super sympa. Mais pas d'attirance de mon côté. Certainement que l'on va être de bons copains.

Le cinquième me plaisait beaucoup. Malgré ses messages très laconiques j'ai tourné autour jusqu'à un premier rendez-vous qui a confirmé qu'il me plaisait vraiment... même si j'ai pu constater qu'il fumait  (ce qu'il avait omis de mettre sur son "profil" - ça ce n'est pas bien).
Un deuxième après-midi ensemble pour faire un peu plus connaissance, re-constater qu'il était vraiment dépendant à la cigarette, appréhender un peu plus son mode de vie de musicos-rockeur-noctambule mais aussi sa passion pour l'histoire, les mots, la nature. Je l'avais déjà surnommé  l'Etoile Noire (ceux qui me lisent depuis longtemps savent que j'ai fréquenté un homme-soleil et un homme-lune dans des temps plus anciens). Nous devions nous voir dimanche après-midi. Mais il a "beaucoup traîné samedi soir et il reste tranquille chez lui".
 
Vous je ne sais pas ce que vous en penseriez.. mais pour moi c'est plié.
Son côté Nuit l'emporte sur son côté Jour. Cela ne peut pas me convenir.
 
Retour à la case départ !
_____

Et dire que j'ai l'une de mes meilleurs amies qui a fait la même démarche que moi - un mois et demi plus tard - et qui a fait la rencontre de la perle rare qui la comble d'un doux bonheur.

C'est quand mon tour ?

Femme, Désespoir, La Perte De


lundi 3 février 2020

Chignon

Est-ce que j'y prendrais goût ? Ou alors c'est que j'ai un petit regain d'inspiration ?



_____

Fin de journée. Un peu lasse. Une main dans les cheveux, sur son chignon un peu défait.

Demain c'est un grand jour.
Cela fait déjà plusieurs années, qu'elle n'est plus Quadrille, un petit peu moins d'années Coryphée.
Demain elle ne sera plus Sujet. Elle sera Première Danseuse. Et qui sait un jour  Etoile ?

Demain son chignon roux sera strict, bien épinglé ; nulle mèche ne dépassera.
Sous les lumières ses cheveux seront un flamboiement. Confiante elle s'élancera sur la scène, radieuse, heureuse. Au premier pas elle oubliera tout. Elle ne sera plus que corps et âme dansante.
Demain !

dimanche 2 février 2020

Histoire de Goût

Toutes les semaines je lis quelques textes des personnes qui écrivent dans le cadre des propositions de Le Goût. Je lis essentiellement ceux qui sont dans mes promenades. Il m'arrive parfois d'emprunter d'autres chemins... ce que j'ai fais cette semaine.

Quand j'ai vu l'image sur laquelle il fallait écrire, tout de suite, de idées, des mots sont venus. Des idées, des mots tellement différents de ce que j'ai lu.

Je les ai gardés bien au chaud.. jusqu'à maintenant..

______

"Ce matin, la lumière poudroie. J'ouvre en grand la fenêtre pour la première fois depuis plusieurs mois. La ville est encore assez silencieuse et j'entends au-délà de la rumeur, j'entends un pépiement d'oiseau, j'entends une feuille qui bruisse sous la caresse du vent, j'entends comme le murmure d'un ruisseau.
La lumière de l'été naissant m'appelle. Il est temps. Il est temps que je m'abandonne à la Vie. Elle m'appelle. C'est décidé. Je vais quitter ce lourd costume noir. Je vais alléger mes pensées, mes épaules, mes pas.
C'est décidé. Je quitte cette ville où je n'ai connu que la désolation. Je pars. Où ? Peu importe. Je pars vers des endroits où les étoiles sont visibles la nuit, où aucun lampadaire ne fait concurrence à la lune, où le ciel qu'il soit bleu ou gris, n'est pas poussière, où les rivières et les ruisseaux s'élancent sans entraves, où les saisons sont belles, où les hommes respirent, sourient, rient.
Je pars."


Sur la place

Comme une valse. Comme une danse soufi. Les deux mêlées sont beauté. Je ne m'en lasse pas.   Des "puristes" me diront "Ma...