mardi 15 mars 2016

Tristesse

C'est la demi-soeur de ma Maman.
La dure vie a fait qu'elles ne se sont pas connues enfant.

Ma Maman a renoué contact il y a une quinzaine d'années.
Un jour d'automne elle est partie toute seule en train pour le bout de la Bretagne (alors qu'elle n'était déjà plus très jeune et n'avait pas l'habitude de voyager seule). Puis le lendemain elle a pris le bateau pour l'île.
Elle et sa demi-soeur s'étaient juste écrit quelques lettres avant ce premier rendez-vous. A l'arrivée du bateau au port, elles se sont reconnues tout de suite.
Ma mère est rentrée remplie de bonheur de ces quelques jours passés à faire connaissance avec sa demi-soeur.  Elle avait tellement de choses à nous raconter et nous étions avides de l'entendre encore et encore.

Ce lien familial rétabli après toutes ces années perdues, mon frère, ma soeur et moi avons aussi fait le chemin vers l'Ile pour rencontrer cette tante.
J'y suis allée trois fois. A chaque fois j'ai eu plaisir à parler avec cette vieille femme à la vie rude, mais à l'esprit vif. J'ai commencé un échange de courrier avec elle, pour lui donner des nouvelles de ma petite famille, de ma Maman.

Ce soir en rentrant du travail il y avait une petite enveloppe avec une écriture que je ne connais pas. 
J'ai l'ai tout de suite retournée pour regarder qui m'avait écrit et j'ai découvert le nom et l'adresse de mon demi-cousin que je connais pas.
Accroupie dans la rue à côté de ma boîte aux lettres j'ai ouvert l'enveloppe.
Des mots de tristesse m'ont appris le décès de la demi-soeur de ma Maman.

Je suis triste ce soir.
Il y a quinze jours à peine je recevais une lettre d'elle.
J'ai un projet de vacances dans cette île pour le mois de mai. 
J'avais l'intention d'aller passer du temps avec ma tante.

Et il va falloir que je le dise à ma Maman devenue si fragile. 
Comment faire pour lui annoncer (sans la perturber davantage) que cette soeur qui lui était devenue chère, a quitté ce monde.

Dimanche prochain, le jour du printemps, c'est l'anniversaire de ma tante. Cette année je ne lui enverrai pas de petit courrier pour lui souhaiter. J'allumerai une bougie.

_____

Cette femme disait toujours à ma mère " On n'a pas le même père, mais on a la même mère" et par ces mots rudes et simples,  lui exprimait tout son attachement.

Comme me l'a écrit son fils, de là où elle est elle continue à veiller sur nous. Qu'elle puisse aussi continuer à veiller sur sa petite soeur.

___

Au revoir Nine. Nous de l'autre bout de la Bretagne, on ne vous oubliera jamais. Vous êtes gravée dans nos coeurs.


5 commentaires:

  1. De tout coeur avec toi, Suzame. Ce n'est jamais facile d'annoncer ce genre de chose à quelqu'un que l'on aime et qui est fragile en plus.
    Mais tu sauras trouver les mots, j'en suis sûre.
    je t'embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Merci Célestine.
    Ca ne va pas être facile tu sais. Elle vit tantôt au présent, et ce présent est souffrant car elle se rend compte de l'altération de son état, tantôt dans un autre monde qu'elle pense être le présent mais qui n'est qu'illusion.
    Il faudra lui dire dans un moment où elle est bien présente... en espérant qu'il n'y ait pas de choc affectif trop fort... Cette demi-soeur était son dernier lien avec sa fratrie si bousculée...

    Toutes les enfances ne sont pas heureuses... et l'enfance de cette fratrie fut particulièrement malheureuse.

    RépondreSupprimer
  3. non cela ne sera pas facile, ni pour toi, ni pour elle..
    Mais au delà des mots il y a la présence tendre et enveloppante de l'affection...
    Je t'embrasse, chère Suzame

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée hier soir voir ma Maman. Je ne lui ai pas dit. Pas encore.

      Supprimer
  4. Je comprends Suzame, et je pense très fort à toi.

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

En passant

C'était mercredi soir. Le téléphone de ma fille vibre. Elle décroche. C'est son père. Elle change de pièce pour tenir la conversati...