jeudi 30 juin 2016

V.i.D.e

C'est le 5ième soir.
Qu'elle rentre dans une maison Vide, Infiniment.
Depuis Dimanche plus de bruit à l'Etage.

Elle a l'impression de Vivre sur une Ile Déserte, Esseulée.

Le premier soir, ça allait.
Le deuxième, elle a pris du temps de téléphoner à une amie, à sa fille.
Le troisième, elle est sortie avec sa nouvelle amie.
Hier, bouh hier, après un rendez-vous pour parler à une psychologue des problèmes de sa Maman, elle a commencé à ressentir péniblement ce vide en rentrant dans sa grande maison. Elle s'est mise à faire du ménage jusqu'à tard.
Ce soir... elle s'est allongée sur son tapis pour faire une séance de MLC.

Occuper ce vide en toute sérénité. Elle ne sait pas bien faire. Pourtant elle devrait avoir l'habitude, depuis cinq ans et demi.

Elle sent ce vide au creux de son corps. Elle le sent tellement fort.
Alors elle le remplit, de nourriture pas très saine, des choses bien raffinées  par l'industrie agro-alimentaire. C'est facile il y a tout ce qu'il faut autour de son bureau pour aller acheter ce genre de produits. Elle mange sans faim, après elle est dégoutée, elle se "regarde" manger et après elle s'en veut. Elle se sent gonflée.
______

Avoir la force d'esprit pour ne pas céder à la morosité. Elle s'est fait la promesse que l'été sera beau.  Il faut qu'elle tienne sa promesse...

9 commentaires:

  1. Trop émouvant ton texte, Suzame.
    Peut-être l'amour va-t-il frapper à ta porte ?
    Ne pas perdre espoir, en tous cas.
    Le vide existentiel, on le ressent aussi même quand on est pas seul...
    Je t'embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. Vide existentiel de ceux qui sont "Seul à deux".
    C'est ce que disent les gens qui veulent t'apporter du réconfort.
    Ou bien "Il vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e) ).

    Ah oui, je les connais ces phrases "consolatrices" mais qui ne consolent pas.

    ____

    Ce n'est pas que je passais beaucoup de temps avec mon fils, le soir. Mais il y avait une présence, quelqu'un à qui parler.
    Je ne regrette pas qu'il soit parti. C'est sa vie. Et c'est très bien ainsi.

    Mais rentrer chez soi et sentir ce silence, savoir que l'on ne va parler à personne... C'est lourd.
    _____

    Je ne perds pas espoir Madame La Fée...
    Bisous ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. J'allais te dire que je te comprends, Suzame, mais en fait je n'ai jamais vécu seule, je ne sais donc pas ce que c'est. Je connais par contre ce besoin de manger, de remplir ce vide que je peux parfois éprouver lorsque j'ai le blues. Remplir avec n'importe quoi, même si je sais que c'est du "poison" pour mon corps. Cela je peux le comprendre.
    Je t'embrasse fort, Suzame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui nos sommes nombreux à nous remplir de nourriture quand nous avons le blues... alors que nous pourrions nous remplir de musique, de beauté, d'apaisement, de douceur...
      Un réflexe primaire peut-être ???
      Je ne sais ...

      Supprimer
  4. Vous réconforter va être compliqué... J'ai été seul quarante-cinq ans ; puis marié et seul huit ans...
    D'abord, il faut cesser de focaliser sur cette maison ou appartement vide avant que vous y m'étiez les pieds.
    Vous avez certainement un cercle d'ami(e)s... Utilisez-le sans vergogne.
    Créez des soirées chez vous, organisez des sorties à 'extérieur, avec ou sans ami(e)...
    Sortez à tout va et utilisez votre toit comme une aire de repos...
    Epuisez-vous à courir le monde pour le moindre prétexte.
    Vous avez l'opportunité d'avoir des ami(e)s et de la famille, vous pouvez donc parler, vous confier...
    Comme vous le savez, le grignotage est un poison qui va rabaisser votre estime de vous-même... Rendez-vous belle pour vous, soyez attentive à vous.
    Dans la tempête, on garde les yeux ouverts... Ne vous fermez pas.
    Contraignez-vous à l'activité physique : nager, courir, marcher, etc... l'activité physique est une forme d'addiction. Elle créée un besoin de "bouger" valorisant...
    Courage, et lorsque la lassitude vous prend, vous avez l'expression d'un blog pour puisez du soutien, même virtuel !
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour

      Je ne sais quel océan vous avez traversé, quel fleuve vous avez remonté, quel rivière vous avez empruntée, dans quel ruisseau vous avez marché pour arriver à la source de mes écrits.

      Merci en tout cas d'avoir pris le temps.

      S'épuiser à courir le monde... Quelle belle proposition.. sauf que je suis épuisée naturellement.. alors courir le monde... Et si introvertie je suis.

      L'activité physique. Oui. La danse. La danse. La danse. Cela balaye la fatigue physique et morale.
      J'ai dansé samedi, je recommence ce soir.

      Et oui, ma maison sera mon aire de repos, de ressourcement.

      Belle journée à vous si vous repassez ici d'un coup de rame !



      Supprimer
    2. Je ne saurai expliquer comment j'ai atteint votre rivage... Je me suis laissé porter sur les risées du grand large, et j'ai vu le ressac sur la plage...
      Je vais naviguer un temps au large de votre île, qui semble intéressante...
      Sourire

      Supprimer
  5. J'arrive chez toi par Célestine... Et ton billet résonne si fort en moi... Mon djeune n°3 est part samedi et depuis la maison semble étrangement différente... Pas toujours seule mais souvent , c'est vrai qu'il n'est pas facile de remplir ce vide.... Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Manou.
      Bienvenue et merci pour ce partage.
      Ne pas penser au vide, mais savourer la tranquillité.
      Transformer l'absence en sérénité.
      Pas facile j'en conviens.

      Bonne journée

      Supprimer

Au gré de vos émotions

Danse

Un petit concours de danse. J'y participe. Je n'ai pas vraiment de tenue adaptée. Ma Kiné traverse la rue et va emprunter une jup...