lundi 23 avril 2018

Mieux que danser avec les stars...

... danser avec le cosmos.. la danse du Mandala.

Pour celà il faut :
- le pilier de la Terre
- le pilier de l'Eau
- le pilier de l'Air
- le pilier du Feu
- le bord du mandala
- et le couple cosmique

Forcément elle mentalise. Elle n'a jamais dansé le Mandala. C'est l'inconnu total. Alors quand les danseurs du pilier de l'Eau sont appelés, elle y va. Valeur sûre. Danser l'Eau, la fluidité, elle aime beaucoup. Puis elle entend dire qu'il y a beaucoup de danseurs dans le pilier de l'Eau. Elle se retire voit un autre pilier où il n'y a que deux danseurs. Elle demande ? C'est le pilier du Feu. Non. Elle retourne dans le pilier de l'Eau. Et puis non elle ressort. Elle reste au bord.

Puis arrive le moment du couple cosmique. Une femme s'avance tout de suite. La facilitatrice la freine, demande le temps de la réflexion.
Son coeur, à elle, commence à cogner dans sa poitrine qui devient trop étroite.
Le principe masculin est appelé. 
Son coeur cogne de plus en plus. Elle veut faire cette danse. C 'est pour elle, elle le sent.
Un homme s'avance pour le principe masculin. Pas vraiment le partenaire qu'elle aurait choisi.
Son coeur cogne toujours.
Le principe féminin est appelé à son tour. Elle reste immobile dans le cercle à ressentir son coeur. Elle attend.  Personne ne s'avance. Alors elle y va. C'est pour elle. Pas le partenaire qu'elle aurait choisi, mais la danse l'appelle, l'attire dans son coeur qui bat.

Danser le principe féminin du cosmos. 
Elle se connecte par les mains avec son partenaire. Elle ferme les yeux. La musique arrive... et la danse la prend, merveilleuse, intense, en parfaite harmonie avec ce partenaire pas choisi.
Elle se sent Femme, elle se sent entière, elle sent accueillie par le cosmos. Quelques minutes d'éternité.

______

Après la dernière ronde, après les abrassos avec les uns et les autres pour se dire au-revoir à la fin de ce beau stage de deux jours, elle va remercier la facilitatrice pour cette danse merveilleuse. La facilitatrice lui dit "Je savais qu'une personne était appelée pour cette danse ; je ne savais pas qui... C'était toi, tu étais "habitée"".

______

Elle c'est moi. 
Je veux bien être "habitée" par le principe féminin du cosmos chaque jour. Je le veux intensément : beauté, douceur, féminité, confiance, énergie, sensualité, fluidité, rythme, légèreté, feu, eau, air, terre... Gratitude.

Demain je retrouve mes compagnons de biodanza du mardi, dont certains étaient au stage... J'ai hâte. C'est une joie. 
Demain nous ne danserons pas la danse sacrée du Mandala, mais nous serons ensemble dans la ronde. C'est une joie.



6 commentaires:

  1. J'aime la façon dont tu racontes cette expérience. On sent que tu l'as vécue de manière très sensuelle, très forte.
    C'était beau à imaginer, on te voit presque à travers tes mots...
    Ce genre de stage laisse toujours une empreinte extrêmement forte, longtemps après la fin... C'est du concentré de vie.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une empreinte difficile à garder dans le quotidien de la vie du travail.

      "Fabuleux"... c'est ce que j'ai entendu dire mardi soir.. Mon partenaire et moi étions fabuleux... Quel plaisir d'entendre dire que la danse que j'ai faite était fabuleuse...

      Supprimer
  2. Bonjour S uzame,
    "C'est pour elle, elle le sent..." Ne serait-ce pas là le grand secret de la vie et de la joie, être à sa place au bon moment, laisser le tapis de la vie se dérouler à nos pieds, faire confiance à notre intuition... Quel beau moment tu as vécu là ! Douce soirée à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
  3. On ressent dans tes mots une émotion tellement forte que ses ondes arrivent jusqu'à nous et nous vibrons avec toi.
    Merci pour ce très beau partage, Suzame.

    RépondreSupprimer
  4. Plumes d'Anges, Françoise.. Merci pour vos mots :-)

    RépondreSupprimer
  5. Tout va bien ma Suzame ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

Danse

Un petit concours de danse. J'y participe. Je n'ai pas vraiment de tenue adaptée. Ma Kiné traverse la rue et va emprunter une jup...