dimanche 1 janvier 2017

Voilà

... C'est fait..
Une année de plus pour moi, et un changement d'année pour le reste du monde.

31 Décembre... Un jour que je n'aime pas vraiment... Un jour bancal.. Un anniversaire pendant que beaucoup pense à faire la fête pour un changement d'année.

Pendant des années je n'ai rien fait ce jour là. 
Nul réveillon... Quand je vivais avec mon mari c'était un dîner  amélioré, ambiance bougies, une flûte de champagne à minuit.

Depuis, une fois avec ma fille, nous sommes allées voir un très beau film musical, puis de retour à la maison un en-cas amélioré, un petit verre de vin blanc vendanges tardives.. Avons nous attendu minuit ? Je ne sais plus.

Depuis, une autre fois, avec un copain, invitation de dernière minute à la maison. Feu de cheminée. Plat de lentilles (tradition italienne du 1er janvier m'a enseignée ma fille pour faire venir à soi l'a prospérité), un bon fromage, du cidre, un DVD.

Jamais de réveillon bruyant, jamais de multitudes, d'éxagération, d'exaltation.

Cette année ce fut différent.
Je suis allée à un "réveillon biodanza". 130 personnes... J'en connaissais plus ou moins bien un bon cinquième.

A 15 h une première vivencia. La ronde du début, des marches, des danses à deux, des danses à plusieurs, des danses à seul, des rencontres, des regards, des sourires.

Une pause "goûter". Se faire une place parmi la centaine de personnes déjà présentes. Se faire une place pour prendre part aux conversations. Ne pas se sentir seule. J'ai beaucoup progressé sur ce point là, depuis juin dernier, grâce à un stage de... biodanza qui a provoqué en moi un  changement certain.

A 19 h nous sommes au complet pour une deuxième vivencia. 

Puis un apéro, un dîner avec le partage de ce que chacun avait apporté, tous installés par petites groupes autour de nappes déposées sur le sol. Là aussi j'ai su trouver ma place. 

Puis une "cérémonie de passages vers 2017". Une ronde, quelques danses d'intériorité. Minuit, aller les uns vers les autres, se souhaiter bonne année en se prenant par les mains, ou dans un abrasso plus ou moins intense selon la personne... mais surtout pour ce qui  me concerne avec les yeux, regarder les gens longuement dans les yeux avec douceur,  en exprimant une affection respectueuse... Un vrai échange rempli d'humanité... Quelque chose que l'on ne peut pas faire dans la vie de tous les jours.. 

Après je suis partie. Il y avait une proposition à danser. Je n'avais pas prévu de rester. Et rien ne m'y a incité. J'étais fatiguée. J'avais 45 minutes de route à faire dans la nuit et le brouillard. Je suis partie.

C'était la première fois ce "réveillon biodanza" pour moi. J'ai beaucoup aimé. J'avais un peu d'appréhension. 130 personnes ! Pas d'exaltation de ma part comme peut le provoquer certaines danses de biodanza. Il y a eu toutefois quelques très beaux échanges. Il y a eu deux danses "à seule" sur lesquelles je me suis laissée emportée dans ce que je suis à l'intérieur, dans ce que j'aime exprimer par la danse, emportée par la musique.

Il y a eu plein de petits moments agréables... et c'est bien.. Juste bien.

2 commentaires:

  1. je lis seulement maintenant ton récit de réveillon et je me suis émerveillée ....

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce joli récit, Suzame.
    Mon petit-fils breton, Estévann, est né un 31 décembre lui aussi. Il a eu six ans.
    Je te souhaite une belle et douce année, Suzame.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

Ce n'est pas qu'

 .. il lui manque d'idées pour écrire ici.. mais elle a la flegme d'allumer l'ordi.. quand tu passes 9 h devant un ordi au burea...