vendredi 3 août 2018

LBAS - Camping

L'été de cette année là (l'année de la bande de 6) il avait été décidé que les trois filles passeraient le mois de juillet ensemble. En effet le père de l'une d'entre elles, installait, pour deux mois, une caravane et une grande toile de tente dans un camping d'une petite station balnéaire des Côtes d'Armor.

Cela la mettait mal à l'aise cette histoire de camping tout en lui faisant envie. Ce qui la gênait c'est tout ce qui  a rapport à l'intimité du corps (visage ingrat + corps ingrat = vilain petit canard)  : les douches, le maillot de bain, l'épilation qui se devait d'être parfaite. Et puis le financement. Elle n'était pas issue d'une famille aisée. Même si l'hébergement était offert, il fallait se nourrir... et les sorties le soir... et hors de question de demander à ses parents.

C'était sa première année de fac, elle avait 18 ans tout neuf. Elle était allée au CROUS en quête d'un boulot d'été (à son époque les entreprises proposaient au CROUS des offres d'emplois d'été pour les étudiants). Elle avait répondu à une annonce, passé un entretien... Et elle avait été embauchée pour deux mois. Elle commençait tout de suite.

Plus de vacances au bord de la mer avec les deux amies.

Toutefois il était prévu un week-end. Elle était partie avec deux des garçons (le troisième n'était pas disponible) un samedi après le travail (elle travaillait le samedi matin) pour retrouver les deux vacancières. Les garçons avaient dormi dans la toile de tente. Les filles dans la caravane.

Un week-end ensoleillé. Pas de plage (ouf) mais des balades le long du port, des plats de pâtes cuisinés ensemble, des hot-dogs, une sortie en boîte, des rires...



Ce mois de juillet avait rapproché les deux filles parties ensemble. Petit pincement pour elle... C'est la Vie ! 


1 commentaire:

  1. Tes blessures de jeunesse rejaillissent, même si tu fais celle qui a accepté. Moi je sens que tu aurais besoin d'en parler, plus souvent, plus longtemps, pour t'accepter.
    Et pour, enfin, te faire confiance.
    Je suis de tout coeur avec toi, ma Suzame
     •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

    RépondreSupprimer

Au gré de vos émotions

Avant

Avant il y avait ma Maman auprès de qui je pouvais déposer mon "enfant" en mal de trop de solitude, en mal d'affection. Ces...