mardi 28 avril 2020

La nuit

La nuit je lis
Insomnie
Comme des amants
Ces mots noirs sur du papier blanc
Dévorants

Confinement
Tous mes repères
Bousculés
En équilibre sur un fil
Je vacille

Trop de soucis
Ma Maman
Mes enfants
Le travail
Trop de soucis

Dans cette immobilité apparente
Le sommeil me fuit
La fatigue me vrille
Je vacille

Je ne veux plus du temps d'avant
Je ne veux plus du temps présent
Il y aura-t-il vraiment un changement
Après le déconfinement

6 commentaires:

  1. La période nous déconcerte sur bien des aspects.
    Reçoit un peu de lumière par ce commentaire.
    Je t'embrasse bien amicalement

    RépondreSupprimer
  2. Le temps présent, pourtant, est le plus beau qui existe...dans chaque instant, il y a une beauté à prendre, un souffle fragile du vent, une fourmi, une fleur...
    Ne plus écouter les infos, se consacrer à l'essentiel, et se dire que la vie est là...
    Bisous de fée, ma Suzame
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton temps présent est différent du mien Célestine.
      Le mien est souvent ardu et fatiguant.

      Merci pour tes bisous de Fée.

      Supprimer
  3. Suzame,
    Je comprends d'autant mieux tes soucis qu'une amie qui digère un divorce douloureux, qui a un père de 90 ans en EPADH, un fils adulte autiste, une maison à vendre et un boulot d'orthophoniste en IME m'en dit souvent le poids.
    Je t'envoie un gros wagon de pensées positives et pleines d'énergie !
    Prends bien soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Candide.
      Merci pour ta compréhension et ton wagon de pensées pleines d'énergie positive.
      Ton amie en a certainement plus lourd à supporter que moi.
      Chaque jour vivre avec ce qui se présente et rester centré le plus possible pour ne pas se laisser envahir par le découragement .
      Que ta journée te soit belle.

      Supprimer

Au gré de vos émotions

Il fait un.jour

Il fait un jour où les gens à deux sont heureux Main dans la main Au soleil, sous le ciel bleu Il fait un jour où les gens à un ne font ...